L’isolation thermique est votre allié en montagne. Mais entre fibre synthétique ou naturelle, polaire ou doudoune, comment choisir vos vêtements pour le ski ?

“Je suis toujours frigorifiée au ski alors je veux une veste très épaisse et bien large pour mettre plusieurs pulls dessous”. Non, non, non, reprenons. Une veste chaude ne veut pas forcément dire épaisse ou volumineuse et une seule bonne épaisseur de chaleur vaudra tous les pulls du monde.

choosing ski clothing from baselayer to mid-layer and jacket and pants

La règle d’or : Le principe des 3 couches

Les 3 couches, c’est un principe universel qui vaut en montagne, en sport, tout comme dans la vie de tous les jours et qui pourtant reste méconnu. Revoyons ensemble le système couche par couche.

Couche n°1 : le sous-vêtement technique.

En contact direct avec la peau, a pour but premier d’évacuer la transpiration.

Couche n°2 : l’isolation thermique.

Sous forme d’une doudoune intermédiaire (légère et peu encombrante) ou d’une polaire (plus économique), elle a pour but d’apporter de la chaleur.

Couche n°3 : une couche coupe-vent imperméable.

Veste et pantalon de ski, pour vous protéger des intempéries (pluie, neige, vent).

Revoyons ensemble le système couche par couche :

choisir ses vetements de ski

La 1ère couche : le sous-vêtement technique pour réguler la transpiration

En contact direct avec votre peau, le sous-vêtement technique est le premier élément de votre équipement de skieur. De lui va dépendre votre confort. Tout d’abord : on oublie le coton. Idéal pour le pyjama ou pour vos vêtements de ville, le coton est votre pire ennemi en situation sportive. Le coton, une fois humide, ne sèche pas et transmet le froid. Au ski, on transpire toujours un peu à cause du changement de rythme (chaud sur les pistes et dans la télécabine, froid sur le télésiège et dans la file d’attente) ou à cause d’un style de ski sportif (hors piste ou ski de randonnée). Alors que le sous-pull est absolument indispensable, le legging quant à lui n’est à porter que lorsque les températures sont fraîches ou si l’on est vraiment frileux, car en règle générale les pantalons de ski comportent déjà une couche d’isolant.

Il existe deux matières principales pour fabriquer les sous-vêtements techniques :

Le sous-pull ou legging en matière synthétique – entre 25 et 100€

Le synthétique a l’avantage d’évacuer la transpiration et de sécher vite. Si vous avez une pratique de ski très sportive, ne craignez pas le froid et cherchez une option économique, faites ce choix. Vous pouvez commander chez nous des sous-vêtements techniques d’un excellent rapport qualité-prix, disponibles en complément de la location des vêtements, que nous conseillons pour les skieurs occasionnels avec un budget serré.

Le sous-pull ou legging en laine de mérino – entre 40 et 130€

La laine a l’avantage d’absorber la transpiration, de capter la chaleur corporelle et de la dupliquer, même mouillée. Dans la fibre naturelle, les bactéries responsables des mauvaises odeurs ne peuvent pas se créer, donc le mérino évite aussi les odeurs de transpiration. Nous proposons un ensemble de sous vêtements en laine de merino pour enfant de chez Reima. Cet ensemble ne gratte pas et ne sent pas mauvais. Il garantit de garder vos petits au chaud toute la journée.

NB : Cette option, légèrement plus onéreuse que le synthétique, est celle que nous vous recommandons, notamment pour les enfants.

La 2ème couche : doudoune ou polaire pour un apport de chaleur efficace

Une fois votre peau couverte d’un sous-vêtement qui régulera et évacuera votre transpiration (et apportera éventuellement un peu de chaleur), il est temps de s’occuper de la 2ème couche : votre garantie chaleur sur les pistes de ski. Rappelons qu’être trop serré dans ses vêtements en se disant que “comme ça, le froid ne rentrera pas” est contre productif car la chaleur circule dans l’espace entre les 3 couches. Mettre plusieurs petits pulls bien serrés pour avoir plus chaud est une fausse bonne idée. De même, mettre un gros sweatshirt en coton (le mot interdit !) est à proscrire.

ski Insulation Scott mid layer -how to dress up for skiing

Alors, comment bien choisir sa couche apporteuse de chaleur ? Faut-il favoriser la chaleur, l’encombrement (volume), la facilité d’entretien, le prix, la respirabilité ? Voici un petit guide pratique :

Doudoune intermédiaire synthétique – entre 70 et 300€

Les isolants synthétiques sont nombreux et variés. On notera notamment le Primaloft (chaud, respirant et compressible) et le Quad Fusion Mimic de Haglofs (le plus haut de gamme en matière de chaleur et de légèreté). Attention cependant aux doudounes synthétiques bas de gamme. Elles ne sont pas forcément très chaudes et peuvent être encombrantes et lourdes.

Doudoune intermédiaire en duvet naturel – entre 100 et 350€

Plutôt destinée à une activité statique ou peu sportive, la doudoune intérieure en véritable plume est fortement compressible (gain de place) et apporte beaucoup de chaleur, mais c’est une option onéreuse et difficile d’entretien. Il existe de nombreux types de duvet naturel, de chaleur et qualité différentes.

NB : Ces deux types de doudounes en duvet naturel ou synthétique sont souvent déperlants et coupe-vent. Elles peuvent donc être utilisées comme couche extérieure (sans 3ème couche par dessus) en cas de belle journée de fin de saison sans intempéries.

Polaire synthétique – entre 30 et 140€

On en trouve pour tous les budgets et toutes les pratiques. Le matériau Polartec par exemple est d’excellente qualité car respirant et léger. Plus le grammage est élevé, plus la polaire sera chaude. Attention cependant aux entrées de gamme qui peuvent ne pas être très respirantes et donc entraîner une forte transpiration, garder l’humidité accumulée et par conséquent le froid.

NB : Les polaires ne sont pas coupe vent, elles doivent donc forcément être complétées par une 3ème couche coupe-vent/imperméable.

A noter que le système des 3 couches est évolutif : appropriez-vous-le et adaptez-le. S’il fait très chaud par exemple, la 2ème couche pourra être supprimée, du moment qu’un peu de chaleur est fournie par la 1ère ou la 3ème couche. De même s’il fait très froid, ajouter une 2ème couche bis (comme une doudoune sans manche) pour plus de chaleur, ça ne fera pas de mal.

La 3ème couche : veste et pantalon de ski qui protègent des intempéries

[bctt tweet=”Devenez incollable sur les 3 couches indispensables pour rester au chaud et au sec, au lieu de vous emmitoufler dans 50 pulls inutiles.” username=””]

Il ne manque plus que la veste pour vous protéger des éléments extérieurs : vent, neige et pluie. Pour ce faire, votre veste et pantalon doivent être composés d’une membrane imperméable de bonne qualité. Lisez notre article sur l’imperméabilité pour apprendre à faire la différence entre des vêtements vraiment imperméables (de 10 à 28k) et une simple couche déperlante, peu étanche (moins de 10k). Pour les skieurs plutôt statiques (utilisation des remontées mécaniques) avec une activité ski majoritairement sur piste, la veste et le pantalon devraient être isolés pour un apport de chaleur additionnel. Pour les skieurs de randonnée (activité physique peu statique), une hardshell comme 3ème couche serait préférable pour une évacuation de la transpiration plus efficace (veste imperméable et coupe-vent mais sans isolation).

choosing ski jackets and pants for good quality confort and warmth

En conclusion, à quoi est dû votre confort sur les pistes ?

Le confort tient au fait de rester au sec, au chaud et protégé du vent. L’erreur classique de la plupart des vacanciers est de penser qu’une veste bien épaisse sera forcément efficace sur les pistes sans tenir compte de son imperméabilité et de la qualité de son isolant. L’isolant inclus dans la veste de ski, sous la membrane imperméable, peut être chaud tout en étant fin, léger et respirant. On sous-estime trop souvent l’efficacité d’une tenue de ski qui respecte le système des 3 couches. Et l’on a tendance à penser qu’avec une bonne veste de ski, on a pas besoin de faire attention à ce que l’on porte dessous. Les 3 couches sont complémentaires, par conséquent si l’une d’entre elles est mauvaise, le système ne fonctionnera pas. Par exemple, un tshirt en coton sera rapidement humide et transmettra le froid. Pour un confort maximum au ski, il faut s’habiller en fonction des conditions extérieures (températures et intempéries) et de sa pratique (plutôt physique ou statique).

Comment Oxygène peut vous aider ?

Oxygène a sélectionné pour vous des ensembles de ski disponibles à la location, livrés dans votre logement en station. Nous avons fait attention à ce que les vestes, pantalons et gants soient isolés (pour apporter de la chaleur), légers à porter pour un maximum de confort et surtout très imperméables et coupe-vent. Afin de compléter au mieux votre tenue de ski, prévoyez des sous-vêtements techniques (idéalement un sous-pull et legging) ainsi qu’une deuxième couche polaire ou une petite doudoune intermédiaire, et des chaussettes de ski (on a même nos propres chaussettes Oxygène, mais si, vraiment !)

Vous avez encore un doute sur comment vous habiller pour venir skier avec nous ? Passez-nous un coup de fil et expliquez-nous votre pratique pour que nous puissions vous fournir des conseils personnalisés. Le froid des montagnes, ça nous connaît, faites-nous confiance.

Une réponse sur “COMMENT S’HABILLER POUR LE SKI ?

Laisser un réponse